[Chroniques] Nos aventures en Magnamund

Loup Solitaire et Astre d’Or
Avatar du membre
Floribur
Président
Messages : 2852
Enregistré le : 10-29-2009
Contact :

Re: [Chroniques] Nos aventures en Magnamund

Messagepar Floribur » 04-19-2020

Eh ben, quel rythme !
Vous faites comment pour jouer en période de confinement ? :P

Avatar du membre
Chrysalid
Amanuensis
Messages : 267
Enregistré le : 10-04-2010
Localisation : Metz, France, Terre
Contact :

Re: [Chroniques] Nos aventures en Magnamund

Messagepar Chrysalid » 04-24-2020

Floribur a écrit :Eh ben, quel rythme !
Vous faites comment pour jouer en période de confinement ? :P

Ben… on fait comme d'habitude, on joue les soirs. Comme ma chérie et moi ne sommes pas des "indispensables", nous sommes confinés à la maison depuis plus d'un mois. On choisit nos dates surtout en fonction de nos joueuses qui sont toutes deux infirmières… Et comme toujours, on joue les soirs quand nos enfants dorment. Pas le choix. Par contre, c'est sur Discord...

Nouvelle aventure hier soir - attention à la chronologie des évènements. Le Calice de Barrakeesh se situe AVANT l'arrivée de Tobiah en Ogia.

La nouvelle aventure que je vous mets en ligne juste là dans la foulée se situe tout de suite après la fuite de Tobiah, Mordrum et Elwing de Xanar.

Oui, on triche un peu avec la chronologie, ça nous permet de jouer avec les joueurs qui sont présents même quand on n'a pas tout le monde, et en plus, ça permet de compléter certains passages ou de remplir certains trous dans la narration - par exemple, le Calice de Barrakeesh est un one-shot entre Chat Silencieux et Tobiah un soir où seule la joueuse de Tobiah était dispo ; en même temps, on a pu ainsi raconter une partie du voyage qu'a entrepris ledit Tobiah lors de son voyage de retour vers son Dessi natal (retour déjà évoqué dans une aventure antérieure).

Avatar du membre
Chrysalid
Amanuensis
Messages : 267
Enregistré le : 10-04-2010
Localisation : Metz, France, Terre
Contact :

Re: [Chroniques] Nos aventures en Magnamund

Messagepar Chrysalid » 04-24-2020

La Lune Sanglante se lève : Le combat final
Mordrum, Elwing et Tobiah, maîtrisé par Chrysalid (23/04/20)

Hagalas, 5001 PL • 9 jours

Les trois aventuriers s'enfuyaient à travers les collines désolées au sud de Xanar, plongée dans l'obscurité d'une nuit sans étoiles, mettant le plus de distance possible entre eux et la cité maudite. Hélas, les glocks avaient rapidement reprit leurs esprits et s'étaient organisés en escouades pour tenter de les rattraper. Lorsque les premiers cris en langue giak parvinrent à leurs oreilles, Tobiah, Mordrum et Elwing comprirent qu'ils n'allaient pas assez vite – les courtes jambes du drodarin ralentissaient tout le groupe. Alors ils grimpèrent sur les hauteurs d'une colline qui surplombait la vallée de Xanar et se cachèrent dans les fourrés. Peu après, une première escouade de glocks s'engagea le long du sentier sans les remarquer. Puis une deuxième quelques minutes plus tard. Il était évident que l'ennemi allait lancer des recherche en masse jusqu'à ce qu'ils puissent les rattraper. Très vite, les trois fuyards décidèrent de suivre un itinéraire parallèle, loin du sentier suivi par les glocks, bien trop évident. Bien entendu, Tobiah et Mordrum n'eurent aucun mal à s'orienter dans ce territoire inconnu, et le nain dut prendre Elwing par la main pour la guider tant celle-ci était perdue.

Des heures durant, ils avancèrent lentement, prenant régulièrement le temps de vérifier qu'ils allaient dans la bonne direction. Quand il devint évident que les glocks se cantonaient à la route du sud, sans penser aucunement à explorer les environs, ils envisagèrent d'accélérer le pas, mais un cri strident provenant des hauteurs les fit raviser leur jugement. Les armées de Xanar comportaient donc des créatures ailées, aussi les trois aventuriers durent-il ralentir leur progression bien plus encore, se glissant d'un abri à un autre pour éviter d'être repérés par ces monstres ailés.

Après une longue nuit passée à ramper, pour ainsi dire, le jour se leva sur l'Ogia, et les trois aventuriers en profitèrent pour presser un peu le pas. Ils savaient qu'ici, ils n'avaient rien à craindre des glocks, dont ils entendaient encore régulièrement les voix de l'autre côté de la colline, et les patrouilles volantes semblaient assez rares. Hélas, à peine se détendirent-ils un peu qu'un nouveau cri retentit dans le ciel : ils étaient repérés ! Aussitôt, un énorme KRAAN ailé chevauché par un GLOCK vint se poser à quelque mètres d'eux. Son hurlement tintait encore aux oreilles des héros qui canardèrent la créature avec tout ce qu'ils avaient. Plombs, décharges magiques, voire même quelques Impulsions Électriques qu'Elwing commençait lentement à maîtriser. La bête fit montre d'une résistance impressionnante à leurs attaques, mais en retour, elle donna à Mordrum un puissant coup de griffes qui faillit le jeter à terre pour le compte.
Une fois les ennemis abatus, les trois compagnons poursuivirent leur route vers le sud. Au bout de quelques heures de route, ils arrivèrent en vue de la forêt d'Oxalar à la lisière de laquelle s'élevait la Tour de Tukor, où une véritable armada de glocks les attendait. Il était hors de question de les attaquer de front, alors ils envisagèrent de faire un large détour autour de la zone gardée, de se glisser subrepticement dans les ombres de la forêt en espérant passer inaperçu. Hélas, les glocks patrouillaient sur de larges distances, et les aventuriers finirent par être repérés, en effet, les patrouilles s'aidaient de LOUPS MAUDITS à l'odorat efficace. En désespoir de cause, terrifiés à l'idée d'affronter une armée d'ennemis, les trois aventuriers grimpèrent dans un arbre tout proche. Seule Elwing eut bien du mal à se hisser dans les hauteurs. Alors Mordrum se laissa retomber et il aida la jeune fille à se mettre à l'abri. Par contre, il n'eut pas le temps de remonter car un loup fonçait sur lui à toute vitesse. Le nain dut lui décocher plusieurs coups de son fusil pour le mettre à terre.
Dans les hauteurs de l'arbre, Tobiah s'apprêta à décocher une décharge de son bâton de sorcier, lorsqu'il remarqua une échelle de corde descendant des hauteurs nuageuses, qui pendait juste à côté de lui. La nef était là ! Après maintes hésitations, il y grimpa, bientôt suivi par la jeune fille du Sommerlund. Le nain, quant à lui, les suivit de peu, et aussitôt le navire volant prit de l'altitude.

Lorsqu'Elwing monta à bord, elle fut surprise d'être accueillie par Chat Silencieux, le Seigneur Kaï si désagréable qu'elle avait déjà côtoyé l'année passée. Apparemment, il avait fait partie du voyage qui avait mené Tobiah jusqu'ici. Très vite, tous se retrouvèrent dans les appartements du Capitaine Morgan pour une réunion importante. Au cours de celle-ci, il leur servit des verres de rhum, qu'Elwing refusa. Cependant, elle avait été si choquée par ses dernières aventures que tous insistèrent, même le Seigneur Kaï, pour qu'elle vide une chope. Bien que surprise par l'attention de Chat Silencieux qui ne l'avait pas habituée à cela, elle refusa de plus belle. Mais accepta de s'aller prendre quelque repos dans une cabine.
Pendant ce temps, le Capitaine de la Nef volante, le Mage du Dessi, l'Artilleur de Bor et le Seigneur Kaï échangèrent sur la prochaine destination : même si Mordrum voulait à tout prix prévenir les autorités de Bor de ce qu'il avait découvert en Ogia, le danger qui planait sur le Sommerlund était plus urgent, et c'est à Holmgard qu'ils devraient tous se rendre dès à présent.

Le voyage dura 6 jours au cours desquels la Nef contourna les montagnes qui les séparaient des Royaumes des Ténèbres. Enfin, en début d'après-midi du 26e jour de Hagalas, la Nef volante se posa dans le port de la capitale du Sommerlund sous les regards ébahis des passants. Lorsque le groupe débarqua, une escouade de chevaliers en armures vint les accueillir. La présence du Seigneur Kaï, seul représentant officiel arborant un uniforme encore reconnaissable, leur ouvrit les portes du château du roi pour une réunion avec les plus hautes autorités du royaume.
Dans une salle de pierre ornée de nombreux drapeaux, ils furent accueillis par des hommes importants arborant armures somptueuses et regards chargés de gravité. Lorsque Mordrum leur raconta qu'une armée des ténèbres se préparait à attaquer le Sommerlund, le Maréchal des Armées du Nord leur répondit qu'en cet instant, toutes les armées du nord était mobilisées par une sombre malédiction qui s'était abattue autour de Toran. Il leur parla d'une bête qui était apparue un mois et demi plus tôt, puissante et féroce, et qui n'avait eu de cesse depuis lors de tuer tout ce qu'elle avait croisé. Or, la menace de ce monstre manifestement invincible commençait à atteindre Toran, la deuxième cité la plus importante et la plus peuplée du royaume. L'Armée du Nord avait littérlement bouclé toute la zone à l'ouest de Toran, évacué les quelques paysans que la bête n'avait pas encore tués, et elle empêchait quiconque de s'y aventurer. Bien sûr, qu'une telle horreur ait pu être lâchée sur le Sommerlund peu avant l'annonce d'une attaque, cela ne pouvait être une simple coincidence...
Pour protéger le Sommerlund efficacement, l'Armée du Sud ne suffirait pas, mais l'Armée du Nord ne pouvait décemment abandonner la garde de Toran... Etait-ce le seul choix qui leur était laissé ? Sauver Toran ou le royaume ? Si Toran tombait, le Sommerlund tomberait aussi, à moyen terme...
Et puis Mordrum leur fit une autre proposition : ils étaient 4, une Sœur de l'Etoile de Cristal, un Seigneur Kaï, un Mage du Dessi et un Artilleur de Bor. Ensemble, ils s'occuperaient de la bête et permettraient de libérer l'Armée du Nord qui, ainsi, pourrait accueillir les troupes des ténèbres le moment venu. Mais le temps pressait, il leur fallait agir immédiatement. Évidemment, n'ayant aucun autre choix, le Roi Myranar III leur donna carte blanche.
Avant leur départ, on leur parla d'un spécialiste, un sage nommé Geroyn habitant à Toran, qui semblait avoir étudié la bête.

Avant de retourner au port, Mordrum amena Elwing se choisir une nouvelle robe qu'il lui paya de sa poche – une promesse est une promesse. Après tout, elle ne pouvait continuer à se promener en tenue de matelot éternellement... Ayant enfin retrouvé sa superbe, elle rejoignit ses compagnons sur la Nef volante qui reprit la route sans délai.

Le lendemain en fin de matinée, le 27e de Hagalas, le navire se posait dans le port de Toran où ils débarquèrent dans l'instant. D'un pas pressé, ils traversèrent la ville jusqu'à une petite rue du Quartier Est où ils s'arrêtèrent devant une maison quelconque dont la façade était décorée d'étoiles argentées incrustées. Ils y furent accueillis par un vieil homme très surpris de les voir. Devant leur détermination à affronter la bête, il accepta de leur raconter comment les Seigneurs des Ténèbres avaient créé un "Dogue des Tourments" pour affaiblir le Sommerlund, et comment Andus, un Agent de l'Étoile, avait été selon toute probabilité sa première victime alors qu'il essayait de prévenir la menace. C'est là que Lorelei, une Sœur de l'Étoile de Cristal, et Héra, une Chevaleresse Protectrice du Royaume, étaient intervenues, découvrant son cadavre et ramenant ses affaires ainsi que la nouvelle de la menace. En étudiant les documents trouvés sur le corps d'Andus, Geroyn avait trouvé quelques similitudes avec des démons des glaces. Ses recherches étaient parvenues à mettre en évidence un lien avec un ancien peuple, les Suukons, dont il ne restait dans la contrée qu'une crypte ancienne encore inexplorée. Très vite, Héra et Lorelei y avaient été envoyées dans l'espoir d'y trouver une façon de lutter contre le Dogue des Tourments. Hélas, elles n'étaient jamais revenues, probablement massacrées par la bête.
La nouvelle de la mort de Lorelei sembla affecter Chat Silencieux qui l'avait connue jadis, et renforça sa détermination à affronter la menace.
Mais tout cela s'était déroulé un mois et demi plus tôt. Entre temps, il avait eu le temps de faire des recherches et avait découvert que la crypte était sensée contenir une arme fabriquée jadis avec la technologie de ce peuple ancien, une arme puissante dont le nom, traduit en Sommlend moderne, devrait donner quelque chose comme "Majilune". Or, il serait profondément logique que cet objet soit capable de blesser ce monstre.
Ensuite, Geroyn évoqua le fait que la bête, pour une raison inconnue, semblait toujours revenir au même endroit. Sa "zone de chasse" s'étendait de plus en plus autour d'un "centre", aire approximative où elle avait l'air de revenir toujours.
Cependant, Geroyn hésitait à les laisser partir affronter la bête. Car si celle-ci semblait affectée par la magie, mais pas par les armes traditionnelles, elle gonflait après chaque affrontement, se gorgeait de la puissance de ses victimes et devenait chaque fois plus dangereuse, c'est pour cela que nul Seigneur Kaï n'y fut envoyé, et que Lorelei fut la seule mage de Toran qu'il tua. Une interdiction fut proclamée pour empêcher cet animal de gagner en puissance.
Mais les quatre aventuriers refusèrent d'entendre ses explications, insistant sur le fait que nul n'avait le choix. En outre, ils étaient équipés d'un navire volant, ce qui leur donnait un avantage considérable pour aller explorer la zone dangereuse. Devant cette détermination, Geroyn s'inclina, puis il sembla avoir une idée...

Tous quittèrent les lieux, et les 4 aventuriers retournèrent à la Nef volante, direction l'ouest de Toran à la recherche de la bête. Pendant un temps, ils évoquèrent l'idée d'aller visiter cette Crypte des Suukons dans l'espoir d'y trouver le fameux Arc de Majilune, mais Tobiah, usant de ses pouvoirs, sentit que l'arme ne s'y trouvait plus. Héra et Lorelei avaient bien trouvé l'objet qui devait être perdu dans les terres désolées.
Car en effet, le spectacle qui défilait sous la Nef était terrifiant : fermes détruites, végétation morte, cadavres de paysans, corps d'ours et autres animaux mutilés de la pire façon qui soit, terre grise à perte de vue... la bête n'avait pas perdu son temps ! Peu à peu, le moral se ternit à bord, mais le capitaine tenait bon, suivant les ordres de Tobiah sans discuter. Finalement, les intuitions du Mage les poussèrent à aller au "centre" de la zone de chasse du monstre en vue d'y trouver quelque chose. Très vite, alors que le jour déclinait, ils repérèrent un bouquiet d'arbre au sommet duquel flottaient les restes déchirés d'une bannière de l'Armée du Nord. Tobiah et Mordrum descendirent à terre pour découvrir les restes pourrissants d'une escouade entière de soldats visiblement massacrés. Ils trouvèrent une silhouette vêtue d'une robe bleue, Lorelei à n'en pas douter, mais elle ne portait aucun arc... Cependant, un cadavre en armure de chevalier était allongé juste à côté d'elle. Et soudain, Tobiah sentit sa gorge se nouer, il comprit qu'ils devaient quitter les lieux immédiatement. C'est à cet instant que la pile de cadavre se souleva, révélant une tête énorme de loup au regard démoniaque et aux crocs interminables ! Pris de panique, le nain eut tout juste le temps d'attraper le cadavre en armure d'une main, et l'échelle de corde de l'autre, que le loup bondissait dans sa direction, lui portant un violent coup de mâchoire. Enfin, la Nef prenait de l'altitude, metant le nain hors de portée. Blessé, il se hissa avec le corps jusqu'au pont où tous purent voir que celui-ci arborait effectivement un arc aux aspects étranges : l'Arc de Majilune...

La bête, qui était plus imposante qu'un cheval et dont le dos arborait d'énormes protubérances cristalines, tournait et tournait encore autour du navire, espérant pouvoir sauter assez haut pour l'atteindre, mais en vain. Tobiah fournit les flèches, et Mordrum visa la bête. La flèche fila à travers l'obscurité et se ficha dans les flancs du monstre qui hurla de douleur ! Victoire, la créature était sensible à cette arme ! Il tira une seconde fois et la bête s'enfuit.
Il était hors de question de la laisser filer, aussi Chat Silencieux et Tobiah descendirent à terre avec une lanterne pour pister ses traces. Ils marchèrent dans les terres désertes jusqu'à un défilé rocheux où les traces dispraissaient. Et puis soudain, des hurlements de terreur et des bruits de fracas leur parvinrent de la Nef, qui les avait suivis. La créature, manifestement intelligente, les avait trainés dans un défilé rocheux afin de pouvoir bondir depuis son sommet jusque sur la Nef où il tua consciencieusement un matelot après l'autre. Le capitaine mit Elwing à l'abri et tenta de résister à son tour à la bête. Le temps que les aventuriers ne remontent l'échelle de corde, il avait été blessé par les crocs de la bête maudite. Enfin, les quatre aventuriers furent réunis autour du monstre, et un combat titanesque s'ensuivit. L'arc brilla, les flèches filèrent, les décharges du Mage crépitèrent et les éclairs de la Sœur flamboyèrent. Chaque coup blessa le monstre qui hurlait d'une douleur dont il ne semblait pas habitué. Seule la lame du Kaï ne parvenait à percer son cuir épais. Mordrum fut blessé à nouveau par les crocs glacés du monstre et il ne dut sa survie qu'à une potion de laumspur. Et enfin, après avoir reçu un ultime coup de bâton crépitant d'énergie, dans lequel Tobiah avait insuflé toute sa volonté, le loup énorme tomba en arrière en poussant un glapissement étranglé. Son énorme corps tremblotta un instant, puis il s'immobilisa en pousant son dernier soupir...

Le Dogue des Tourments était mort, ainsi que la moitié de l'équipage de la Nef. Le capitaine Morgan était blessé et il ne remarcherait probablement plus jamais. Mais la bête était morte. Lorsque l'armée du Sommerlund arriva, renfort tardif mené par Geroyn, ils constatèrent la victoire des quatre héros.

Les terres étaient enfin libérées de l'influence maléfique du Dogue, l'Armée du Nord pouvait abandonner le blocage et se préparer à accueillir l'envahisseur. Une chose était sûre, le royaume n'oublierait pas les noms des héros qui avaient permis cette victoire !

Avatar du membre
Chrysalid
Amanuensis
Messages : 267
Enregistré le : 10-04-2010
Localisation : Metz, France, Terre
Contact :

Re: [Chroniques] Nos aventures en Magnamund

Messagepar Chrysalid » 04-27-2020

Voici l'épilogue de notre campagne, avec un compte-rendu de la bataille qui suivit les dernières aventures de Tobiah, Elwing et Mordrum…


La bataille de Fort Clanor
(26/04/20)

Gebo, 5001 PL • 7 jours


Durant les jours qui suivirent la mort du Dogue des Tourments, les troupes de l'Armée du Nord furent redistribuées en face des différents accès qui traversaient les Monts Durncrag, principalement dans la Passe de Denagon, mais aussi la Passe des Ombres, la Passe des Thundras et celle de Kurzanaar. L'Armée du Nord et cette du Sud furent ainsi équitablement réparties et purent mettre en place une puissante défense que nulle armée ne parviendrait à traverser, tant que la bravoure des hommes ne faiblirait pas. Bien évidemment, de nombreuses unités de Chevaliers Protecteurs du Sommerlund vinrent renforcer les rangs des soldats, ainsi que des Membres de la Confrérie de Toran, et évidemment un grand nombre de Seigneurs Kaï de tous les grades.

Conformément aux indications données par les éclaireurs postés dans les Monts Durncrag, qui avaient aperçus de nombreux mouvements de troupes à l'ouest, et aux avertissements de Tobiah, Mordrum et Elwing, les armées des Maîtres des Ténèbres apparurent dans toutes les passes montagneuses, arborant le drapeau menaçant du Maître des Ténèbres Slûtar, seigneur de Kaag. Bien entendu, c'est dans la Passe de Denagon, l'accès le plus vaste et le plus direct menant à Holmgard, que se présenta l'armada la plus importante. Une multitude de Glocks se déversa sur les plaines au nord du Mont Zilanas, dirigés par une escouade de Drakkarim lourdement armés, et soutenus par quelques Gourgaz aux armes puissantes. De plus, au nord se présentèrent quelques rangs de squelettes animés par la magie la plus noire. Mais pire encore, lorsque les soldats du Fort Clanor virent leurs ennemis d'assez près, ils constatèrent que les rangs d'infanterie étaient aussi occupés par des humains, très probablement des habitants des royaumes voisins d'Ogia, enlevés par les esclavagistes et revendus aux Seigneurs des Ténèbres qui étaient passés maîtres dans l'art de l'endoctrinement et du lavage de cerveau.

Dès que les ennemis furent à portée de flèches, les archers lancèrent dans les airs des nuées de traits mortels qui fauchèrent la plupart des glocks et des humains endoctrinés. Et l'infanterie du Sommerlund s'élança sur la plaine à son tour. Les épées s'entrechoquèrent violemment, les lances traversèrent les corps et les soldats hurlèrent en tombant, l'un après l'autre. Dans les deux camps, les flèches tiraient en tous sens, visant telle ou telle unité. Trop occupés à exterminer les soldats d'infanterie, les armées des ténèbres ignorèrent les archers dissimulés derrière les lours créneaux du Fort, préférant concentrer leurs efforts sur les unités au sol. Très vite, au plus fort de la bataille, l'on vit s'enfuir quelques glocks et humains endoctrinés, terrorisés à l'idée d'être tués à leur tour.

Au nord de la plaine, les squelettes avançaient rapidement, et ils atteindraient le Fort en peu de temps, mais ils furent repérés par l'unité des Seigneurs Kaï qui, très vite, leur décochèrent quelques traits. Lorsque les morts-vivants les atteignirent, leurs effectifs avaient déjà été réduits de moitié. Hélas, les envoyés du Monastère, trop concentrés sur leurs ennemis osseux, n'avaient pas remarqué une troupe de glocks qui arriva par le sud – ils furent pris en embuscade et durent concentrer leurs derniers efforts pour abattre autant d'ennemis qu'ils pouvaient avant de succomber eux-mêmes. Puis les squelettes poursuivirent leur route vers le Fort.
Au sud de la plaine, les Chevaliers Protecteurs du Sommerlund, juchés sur leurs puissants destriers, avaient fendu la foule au grand galop, écrasant nombre d'unités ennemies dans leur passage. Leur bravoure leur donnait une force que nul ne pouvait rêver posséder, au point qu'ils frappaient encore et encore sans jamais faiblir, ignorant les tirs des archers et les coups des lances qui les prenaient pour cibles. Hélas, un tir de catapulte, provenant de loin à l'ouest, tomba en plein milieu de leur formation et tua nombre d'entre eux. Sans faiblir, ils poursuivirent leur mortelle chevauchée. Enfin, ils arrivèrent à la hauteur des Gourgaz, et pressèrent leurs chevaux.

Mais c'est au nord que tout allait se jouer. En effet, de nombreux glocks et squelettes avaient réussi à passer les défenses du Sommerlund, et ils longeaient à présent les murs du Fort. Il fallait à tout prix les empêcher d'arriver à l'est du bâtiment, car alors, nul ne pourrait plus leur barrer la route de Holmgard (bien que la capitale était elle-même lourdement protégée). Alors tous les archers postés sur les hauteurs du Fort se rassemblèrent le long du mur nord et commencèrent à canarder les ennemis en contrebas, espérant les tuer jusqu'au dernier. Peu à peu, les glocks tombèrent à mesure de leur progression, ainsi que quelques squelettes. Mais alors que quelques rares survivants s'apprêtaient à atteindre les limites orientales du Fort, les deux porteurs de hache qui en gardaient l'entrée quittèrent leur poste pour les prendre en mêlée. Bien qu'ils finirent par être tués eux-mêmes, ils permirent aux archers de finir le travail et d'empêcher quiconque de quitter la zone qui était sous leur protection.

Sur le champ de bataille à l'ouest du Fort, la plupart des combattants étaient à terre. Il n'y avait plus guère de soldats d'un camp ou de l'autre mais quelques unités particulières subsistaient. Les Chevaliers du Sommerlund avaient littéralement massacré les Gourgaz avant de presser la charge contre les guerriers Drakkarim, exterminant presque toute l'unité en une seule salve. Mais l'un d'eux subsistait, et il frappait encore et encore, résistant à toutes leurs attaques.
Derrière lui, un puissant Seigneur de Guerre s'avançait, c'était le Général Gamorr. Il était entouré d'une garde de squelettes et équipé d'une arme étrange dont il usait et abusait en tirant sur quiconque l'approchait de trop près. Finalement, le dernier Drakkar tomba, et c'est à l'ombre d'une catapulte désormais inutile que se déroula l'ultime combat. Les Chevaliers abattirent les squelettes l'un après l'autre, subissant dans le même temps des attaques de quelques survivants équipés de piques, et du Général Gamorr avec son arme étrange. Mais les derniers Chevaliers vinrent à bout de chacun d'entre eux, au point que le Général, voyant la victoire lui échapper, tenta de prendre la fuite, en vain. Ils le tuèrent, mettant fin à la menace, et à la bataille.

Partout dans le royaume, l'envahisseur avait été repoussé, s'attendant probablement à une défense réduite par la présence du Dogue des Tourments. Le Sommerlund avait survécu une nouvelle fois.

Enfin, le calme revint dans le royaume...

Épilogue :
Bien entendu, l'arme étrange utilisée par le Général Gamorr était le canon volé à Bor. Après que toute cette histoire eut prit fin, l'objet fut remis à Mordrum Dur-de-la-Choppe qui n'imaginait pas le retrouver ici. Il devait à présent retourner à Bor pour le rendre à ses responsables, mais, après tout, rien ne l'obligeait à rentrer tout de suite...
Elwing reçut félicitations et remerciements de la part de sa Confrérie, pour qui elle avait réussi une mission qui allait bien au-delà de ses ordres d'origine. Elle craignait par contre de recevoir à l'avenir des missions encore plus dangereuses.
Chat Silencieux avait fait preuve de sa valeur malgré son caractère quelque peu tumultueux. S'il lui restait encore beaucoup à faire avant que ses maîtres ne parviennent à oublier son passé plein de rage, il avait posé les bases d'un avenir meilleur.
Quant à Tobiah, sa présence finit par être acceptée à Toran où, même auprès des Maîtres de la Guilde, il n'était plus un indésirable...


Retourner vers « Aon »